Web

The French Touch - Novembre 2006 - Maido Project - Safran


Il est toujours frustrant de comparer un groupe à un autre. Les parallèles de ce genre sont en effet à double tranchant. Perçus comme réducteurs pour l'artiste et sa musique mais comme efficaces pour faire comprendre au lecteur à qui il à affaire, le fait de mettre côte à côte deux formations n'est jamais évident. Pourtant il est parfois difficile de résister... Maïdo Project, avec son nom à particule et son titre phare "Galatsaray" écope de ce difficile écueil en évoquant un autre projet : Gotan.

Ce qui n'empêche pourtant pas Pierre Baillot -l'architecte sonore du groupe- de tirer son épingle du jeu. En toute évidence Maïdo Project fait parti de ces formations décomplexées qui n'hésitent plus à mélanger acoustique et électronique pour nourrir leur musicalité. Il n y a pas de purisme électro ni d'expérimentations à coup de glitchs et autres destructurations rythmiques dans les 13 plages de "Safran" (à quelques exceptions près, sur "Curve" par exemple). Maïdo Project et Pierre Baillot prennent soin de laisser place aux différents instruments qui ponctuent les productions programmées de cet album. Bien que les rythmes soient parfois gentiment trafiqués et ne se privent pas de flirter avec la jungle, la star de ce disque est définitivement sa touche acoustique et vocale. Le saxophone relativement présent apporte autant un certain spleen qu'une touche funky avec ses jolis solos ("Satisfied Soul"). Les parties jouées au Oud sont elles propices à la solitude et évoquent une certaine sérénité ("Seven Steps"). Quant aux percussions, elles sont disséminées sur l'album, selon les plages et leurs utilisations. Enfin, le charme et la justesse de la voix de Monica Shaka nourrissent grandement cet opus. Tantôt planante, tantôt chaleureuse et réconfortante, la chanteuse apporte définitivement une présence envoûtante à la musique de Maïdo Project.

Avec ces ingrédients, Safran s'érige donc en disque aux accents lounge sans s'enfermer dans une facilité ambiante. La variété sonore des titres n'abandonne pas cet album dans un catalogue exhaustif d'ambiances sans passerelles ni liens. Car si ici les teintes sont héritées de paysages et de climats qui empruntent autant à la vie nocturne de grandes villes qu'à des couleurs oranges et safran héritées de rêveries évoquant des terres situées à quelques milliers de kilomètres à l'est, la musique de Maïdo Project fait office d'intermédiaire entre songes et réalités. Les empreintes lumineuses urbaines côtoient la chaleur des âmes réfugiées dans des rêveries proches d'autres terres. Et même si Safran n'a pas été à l'abri d'un accident aux accents plutôt pop ("There There" emprunté semble t il à Radiohead), l'auditeur sera toujours rassuré par les élans un moment désertique de "Seven Steps", les instants soul du titre "Satisfied Soul" et la voix samplée d'Aretha Franklin, ou encore par l'electro jungle de "Curve" tempérée par la lenteur proche du downtempo de "Down" ou encore par les rythmes aux accents bossa de "I know now".

Un très bon travail sonore est également à souligner. Les basses des morceaux de Maïdo Project sont plus qu'au niveau, discrètes mais toujours là et faisant preuve d'une efficacité remarquable. La qualité du mixage et du mastering est elle aussi irréprochable, une nouvelle fois le groupe semble avoir trouvé l'équilibre. Un équilibre qui laisse ce joli goût de mixité sonore et qui empêche d'enfermer Maïdo Project dans des cases, bien que rappelant les (nombreuses) qualités et (rares) défauts de groupe ayant emprunté la même voie de ce mélange entre musique d'un monde et sonorités électroniques. Le groupe cite aussi bien en référence Jeff Mills que Bjork, Nils Petter Molvaer que... Gotan Project ! et n'est pas sans rappeler dans sa démarche les jolis mélanges entre voix et musique électro balancés par le brésilien feu Suba. Safran fait défiler les horizons à l'image d'une longue errance en voiture où les éclairages se confondent aux paysages, où les aspirations à l'évasion et au voyage se mélangent à la réalité du monde qui les entourent.

En douceur, sans bousculade, seul ou accompagné, Safran caresse l'âme avec ses fragrances cosmopolites et universelles empruntes de modernité, et ça fait du bien !

Zo - The French Touch 

  >> accéder à l'article

  • Twitter: oliviercalmel
  • Facebook: olivier.calmel
  • YouTube: OlivierCalmel
  • Deezer: olivier%20calmel
  • Linked In: oliviercalmel
  • MySpace: oliviercalmel
  • SoundCloud: olivier-calmel
  • Dailymotion: Olivier_Calmel
  • AllMusic: olivier-calmel-p1154827
  • IMDB: nm1929964
  • UniFrance: 332254/olivier-calmel
  • Piano Bleu: olivier_calmel.html
  • Citizen Jazz: toutsur_Olivier+Calmel
  • LastFM Artist: Olivier+Calmel
  • All About Jazz: oliviercalmel
  • Google Play: olivier+calmel
  • QoBuz: olivier+calmel
  • Amazon: olivier+calmel

Nous avons 70 invités et aucun membre en ligne

  • Pagerank service danslemonde.net

Contact & VCard

Olivier Calmel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. www.oliviercalmel.com