Presse

Le Sud Ouest du 30 mai 2008 - Je veux tout de la vie


sud_ouest_logo.jpg

Article du 30 mai 2008 sur le documentaire 'Je veux tout de la vie'  (Production Saraband Films)  

   Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. Simone de Beauvoir en a fait l'expérience : « Elle a été insultée dans des restaurants, victime de ragots, salie? et il en reste toujours quelque chose », a confirmé Pascale Fautrier, brillante coréalisatrice de « Je veux tout de la vie ». Son film, sous-titré « La Liberté selon
Simone de Beauvoir », met l'accent sur son ouvrage « Le Deuxième Sexe ».

   « Elle n'était pas convenable », a ironisé Yvette Roudy, ancienne ministre des Droits de la femme(81 à 86), présente à la projection du film au Jean- Eustache (1). « Elle a été caricaturée. » Jusqu'au dérapage de François Mauriac, interpellant Sartre : « Je sais tout sur le vagin de votre patronne. » Dérangeante, Simone de Beauvoir a fait craquer dans la vulgarité, plus d'un tenant de l'ordre moral traditionnel.
   « Les féministes ne sont pas contre les hommes, mais pour les femmes », a rappelé Pascale Fautrier. Un homme s'est levé pour confirmer : « Ma vision de l'homme a été changée par la lecture du ''Deuxième Sexe'' »? consacré à la femme. Le livre est à ce titre une véritable contribution scientifique, selon Yvette Roudy : « Elle a fait ce que personne n'avait jamais fait. C'est en cela que son oeuvre est révolutionnaire. C'est un monument. Il restera et on l'étudiera dans les écoles. » Pour l'heure, Simone de Beauvoir semble plus appréciée à l'étranger qu'en France.
Mais Pascale Fautrier ne désespère pas : « L'ambition du film, c'est la transmission. » Entre la « polyphonie » des témoignages, on y voit régulièrement des jeunes gens se saisir de l'ouvrage, sur une chaise de jardin public.

   Triste constat. La pilule, le droit à l'avortement, l'égalité des sexes sont entrés dans les murs. Parce qu'elle a oeuvré pour ces acquis, l'ancienne ministre est bien placée pour savoir qu'ils sont fragiles. Dans l'assistance, la présidente locale de Ni putes ni soumises, Najat Tirloy, a confirmé ses craintes : « Lors de mes interventions dans les collèges - et pas seulement dans les banlieues - je constate chaque jour la dégradation des droits des femmes. Les filles sont traitées en dessous des garçons. Des mariages forcés, des viols, de la discrimination il y en a toujours. » Depuis Simone de Beauvoir, la transition, elle la voit « dans la douleur ».
   Donc si « on revient de loin », on pourrait y retourner. Une expression s'est allumée comme un clignotant : « Le féminisme d'urgence ». Simone de Beauvoir n'a pas tout dénoncé. Yvette Roudy a dit le reste : « Inceste, pédophilie, violences conjugales ». Mais l'écrivaine aura toujours le mot de la fin : « On ne naît pas femme, on le devient. »
(1) « Je veux tout de la vie » (« La Liberté selon Simone de Beauvoir »), documentaire écrit et réalisé par Pierre Seguin et Pascale Fautrier, sera diffusé à la télévision, sur la chaîne parlementaire, le 26 juin, à 21 heures.

Willy Dallay - Sud Ouest >> lire l'article au format image (jpeg)

 

  • Twitter: oliviercalmel
  • Facebook: olivier.calmel
  • YouTube: OlivierCalmel
  • Deezer: olivier%20calmel
  • Linked In: oliviercalmel
  • MySpace: oliviercalmel
  • SoundCloud: olivier-calmel
  • Dailymotion: Olivier_Calmel
  • AllMusic: olivier-calmel-p1154827
  • IMDB: nm1929964
  • UniFrance: 332254/olivier-calmel
  • Piano Bleu: olivier_calmel.html
  • Citizen Jazz: toutsur_Olivier+Calmel
  • LastFM Artist: Olivier+Calmel
  • All About Jazz: oliviercalmel
  • Google Play: olivier+calmel
  • QoBuz: olivier+calmel
  • Amazon: olivier+calmel

Nous avons 44 invités et aucun membre en ligne

  • Pagerank service danslemonde.net

Contact & VCard

Olivier Calmel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. www.oliviercalmel.com